Des nanorobots d’ADN contre le cancer

L'ADN a de bien multiples facettes...
L’ADN a de bien multiples facettes…

Ido Bachelet fait figure d’autorité dans le domaine de la nanotechnologie basée sur l’ADN et avec son équipe il est parvenu à mettre au point un nanorobot capable de transporter à peu près tout type de traitement médicamenteux et de l’administrer de façon ciblée au types de cellules de son choix, en l’occurrence des cellules cancéreuses…

La lutte contre le cancer est actuellement l’un des combats les plus rudes que doit mener l’humanité. Or, le problème avec les traitements actuels, que ce soit par rayons ou chimiothérapie, c’est qu’ils ont tendance à endommager sans distinction tissus sains et tissus cancéreux. La chirurgie est également dans certains cas la solution privilégiée mais là encore, les risques de dommages collatéraux sont encore hélas très importants.

Les avantages d’un traitement ciblé sont alors évidents et multiples.

Les nanorobots conçus par Ido Bachelet sont des sortes de coquilles constituées d’ADN qui peuvent contenir le traitement, et qui ont la particularité d’être équipées de sortes de « cadenas » qui ne s’ouvrent qu’au contact des marqueurs biologiques présents à la surface des cellules cibles qui jouent alors le rôle de « clefs ».

Ce qui est intéressant c’est que ces nanorobots nous donnent la possibilité d’utiliser des traitements écartés par le passé car jugés trop toxiques pour l’organisme. Cependant comme le traitement est ciblé, ce ne  sont que les cellules cancéreuses qui sont touchées.

On pourra aussi envisager d’administrer ce type de traitement plus seulement aux patients en état critique, mais également dés la détection du cancer, voir même avant, comme par exemple lors d’un éventuel check-up annuel en guise de prévention.

Le premier test humain devrait être effectué très prochainement sur un patient atteint de leucémie à qui l’on a donné que 6 mois à vivre.

Source : Singularity hub

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.