Neurosynaptic, la puce qui voulait être humaine

Neurosynaptic
Un petit saut pour la puce, un bond de géant pour l’électroménager

Neurosynaptic est nouveau type de puce utilisant le principe de l’ « informatique cognitive » qui pourrait conférer aux voitures électriques ou aux smartphones la puissance d’un supercalculateur. Ah ! Et elle consomme autant d’électricité qu’un appareil auditif…

Inventé par des chercheurs de IBM, le tout nouveau type de puce a été appelé « neurosynaptic » car il répond aux changements de son environnement tout comme notre cerveau. « Nous nous sommes inspirés du cortex cérébral pour concevoir cette puce », a déclaré Dharmendra Modha, scientifique, chef du service d’informatique cognitive chez IBM.

Contrairement aux puces déjà existantes, qui ne sont que des simples « calculatrices », Neurosynaptic, est sensible aux images, aux sons et même aux odeurs, ce qui lui permet d’apprendre à réagir à toutes sortes de situations. Elle le fait en utilisant un vaste réseau de transistors en silicium (un milliard) qui agissent comme des neurones et 256 millions qui agissent comme des synapses du cerveau humain.

La puce dispose également de 4096 « cœurs » et d’un total de 5,4 milliards de transistors, et ce pour à peine la taille d’un timbre-poste. Pour mettre cela en perspectivela première génération de cette puce a été publiée en 2011, et il y avait un seul cœur et 262 144 synapses. Elle avait pourtant été considérée comme révolutionnaire à l’époque.

Les applications peuvent être nombreuses et auraient la capacité de transformer notre société. Imaginez une voiture capable de sentir un accident avant même qu’il se produise. Ou encore un smartphone qui utiliserait les information auditives et olfactives afin de les interpréter en temps réel pour l’utilisateur…

Et vous, qu’en pensez vous ? Les puces rêvent elles de moutons électriques ?

Source : Science Alert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.